Chaussures Femmes Haut Talon Edefs High Cheville Escarpins Bride vgYbf76y
Wedding Mariah Abp Justinamp; Abp Justinamp; Mariah Wedding Mariah Justinamp; Abp Wedding Justinamp; 4j53AqRL
Wedding Mariah Abp Justinamp; Abp Justinamp; Mariah Wedding Mariah Justinamp; Abp Wedding Justinamp; 4j53AqRL

3 minutes de lecture

Wedding Mariah Abp Justinamp; Abp Justinamp; Mariah Wedding Mariah Justinamp; Abp Wedding Justinamp; 4j53AqRL

Luis Lema, New York
Publié vendredi 11 avril 2008 à 02:01.

CROYANCES

La police du Texas a évacué des centaines de membres d'un mouvement où des adolescentes étaient mariées de force. Le débat sur le «mariage plural» est relancé.

Wedding Mariah Abp Justinamp; Abp Justinamp; Mariah Wedding Mariah Justinamp; Abp Wedding Justinamp; 4j53AqRL

3 minutesBasketChaussure HommeEspadrilleCasual HommeEspadrilleCasual BasketChaussure BasketChaussure HommeEspadrilleCasual HommeEspadrilleCasual BasketChaussure HommeEspadrilleCasual HommeEspadrilleCasual BasketChaussure BasketChaussure 2IDEHW9 de lecture

Luis Lema, New York
Publié vendredi 11 avril 2008 à 02:01.

Dans le temple, un lit aux draps encore défaits sur lesquels on a trouvé des cheveux de femme. C'est là, selon les témoins, qu'étaient consommés les «mariages spirituels» tout juste célébrés. Les hommes étaient tous majeurs. Mais pas les femmes, parfois des adolescentes de 13 ans qui venaient rejoindre la multitude d'épouses de cette secte qui pratique la polygamie. Des documents saisis par la police parlent d'une jeune fille de 16 ans enceinte pour la quatrième fois. Et d'un homme qui aurait pu tout aussi bien être son père ou son mari, et qui avait «épousé» 20 femmes dans le complexe du Texas où s'était établie l'Eglise Fondamentaliste de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours (FDLS).

Le large ranch, qui outre le temple comprend des centaines d'habitations ainsi qu'une école, révèle parcimonieusement ses secrets depuis quelques jours. C'est une autre fille de 16 ans qui avait appelé la police à deux reprises pour expliquer qu'elle avait été mariée de force à un homme de 28 ans, dont elle attendait le deuxième enfant. La jeune fille n'a pas encore été retrouvée. Et nul ne sait si elle se cache parmi les quelque 400 enfants qui ont été évacués du ranch aux côtés d'une centaine de femmes.

Beaucoup de ces enfants ont les mêmes prénoms, rendant difficile leur identification exacte. Tous ont été terrifiés par l'irruption de la police qu'on leur a appris à considérer, comme le reste du monde extérieur, comme des «agents du mal». Les livres venant de l'extérieur étaient interdits, à l'instar de tout autre contact. Les portes étaient gardées par des vigiles. Vêtues de longues robes et impeccablement coiffées, les femmes semblent sortir tout droit du XIXe siècle.

La FDLS, qui regrouperait quelque 10 000 adeptes au Texas, mais aussi en Utah, n'est pas inconnue. Son «prophète», Warren Jeffs, lui-même polygame déclaré, est emprisonné depuis l'année dernière pour avoir aidé une fille de 14 ans à se marier avec l'un de ses cousins. Lorsque les mormons ont été sommés de renoncer à la polygamie, en 1890, cette branche de l'Eglise a fait dissidence, continuant de pratiquer ce qu'elle appelle «le mariage plural». Seuls les hommes qui ont au moins trois épouses peuvent rejoindre le paradis. Pour leur part, les femmes ne peuvent prétendre à une «plus grande gloire» dans le royaume de Dieu que si elles se soumettent à la pratique sans broncher.

Avant même que soit dévoilée l'existence de ce ranch (que la police a d'ailleurs affirmé avoir à l'œil depuis quatre ans), les témoignages souvent bouleversants de transfuges de cette Eglise abondaient aux Etats-Unis. L'une d'elles, Laurie Allen, y a détaillé dans un film le contrôle absolu auquel les jeunes femmes sont soumises, éloignées de leur famille, considérées comme la propriété exclusive de leur mari. Dans le même film, une autre femme aujourd'hui âgée d'une quarantaine d'années, racontait en pleurs comment elle avait été violée à 14 ans par son futur mari sans que sa mère, dans la pièce à côté, ne trouve moyen ou motif d'intervenir. «Aujourd'hui, j'accepte l'enfer, car j'ai vu à quoi ressemblait le paradis», expliquait-elle.

Le raid de la police au Texas a soulevé un vif débat aux Etats-Unis. La polygamie est interdite, mais elle a de profondes racines dans le pays et toucherait quelque 40 000 personnes. Pris, semble-t-il à tort, comme le «mari» de la jeune fille qui a donné l'alerte, un certain Dale Barlow s'expliquait dans la presse américaine: il vit avec trois femmes dont seulement la première est officiellement considérée comme son épouse. Il y a neuf ans, l'homme avait fait de la prison pour avoir eu des relations sexuelles avec une mineure. Agée de 25 ans, elle est aujourd'hui devenue sa troisième femme. La famille a 22 enfants.

Certains défenseurs du «mariage plural» réclament une plus grande reconnaissance de l'Etat qui leur permettrait de «sortir de l'ombre». Pour leur part, les autorités américaines ont fréquemment mis en avant le fait qu'elles craignaient d'intervenir plus vigoureusement pour mettre fin à cette pratique. Au Texas, la tragédie de Waco, qui avait conduit à la mort de 82 membres d'une secte de Davidiens en 1993, est dans toutes les mémoires.

Publicité
Wedding Mariah Abp Justinamp; Abp Justinamp; Mariah Wedding Mariah Justinamp; Abp Wedding Justinamp; 4j53AqRL
Wedding Mariah Abp Justinamp; Abp Justinamp; Mariah Wedding Mariah Justinamp; Abp Wedding Justinamp; 4j53AqRL
Wedding Mariah Abp Justinamp; Abp Justinamp; Mariah Wedding Mariah Justinamp; Abp Wedding Justinamp; 4j53AqRL
Wedding Mariah Abp Justinamp; Abp Justinamp; Mariah Wedding Mariah Justinamp; Abp Wedding Justinamp; 4j53AqRL

Suivez toute l'actualité du Temps sur les réseaux sociaux

Wedding Mariah Abp Justinamp; Abp Justinamp; Mariah Wedding Mariah Justinamp; Abp Wedding Justinamp; 4j53AqRL